Les notations extra-financières et le whitewashing! ;) #Vigeo #Lydec #Managem

Pour commencer rappelons cet article précédent sur lien financier entre VIGEO, Suez et Veolia concernant la structure du capital! C’est très important de garder ca à l’esprit ! 

Ensuite, pensons à cette jolie vidéo avec Madame Virgnie Notat ex-syndicaliste et patron de Vigeo! qui nous rappelle toute « la fiabilité et le sérieux » de ces notations! allez bisous 😉   

Des initiatives et recherches commencent à s’intérésser aux dérives des notations extra financières, moyen détourné de blanchir la réputation d’entreprises irresponsables ou causant des dégâts économiques, sociaux et même politiques. Voici dans ce sens un début de travail à ‘université Laval qui en parle en particulier dans le secteur de l’energie! et nous ca nous fait penser aux nominations récentes de Vigeo notamment dans l’énergie et les mines au Maroc! 

« D’un côté, elles visent aussi bien les processus de certification et d’audit des rapports des entreprises que la fiabilité des informations fournies par ces dernières, entre autres, en matière d’émissions de GES (Boiral, 2013 ; Talbot et Boiral, 2013). D’un autre côté, les critiques portent sur l’usage fait par les organisations des lignes directrices et autres protocoles édictés par le GRI lors de la préparation de leur rapport de développement durable. En effet, d’aucuns considèrent que les entreprises peuvent utiliser leurs rapports de développement durable pour manipuler la perception des lecteurs de ces rapports plutôt que pour augmenter la transparence de leurs modèles d’affaires (Gond et Igalens, 2014).
D’ailleurs, des études portent à croire que ces craintes sont fondées Par exemple, une étude d’envergure démontre que les rapports de développement durable des entreprises des secteurs de l’énergie et des mines ne sont que des « simulacres » visant à camoufler les vrais problèmes de développement durable et à idéaliser les positions des entreprises en la matière (Boiral, 2013). Rejoignant les conclusions d’autres études, il apparaît que les rapports de développement durable contiennent de nombreuses informations positives et très peu d’informations négatives divulguées volontairement par les entreprises (Hahn et Lülfs, 2013). Or, cela va à l’encontre même de plusieurs principes du GRI comme celui d’équilibre ou d’exhaustivité (Boiral, 2013). « Companies often seem to try to use overly positive, whitewashed sustainability reports merely for PR purposes as a tool for gaining and improving a company’s reputation and legitimacy » (Hahn et Lülfs, 2013, p. 2). »

Source

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s