Le maire de Rabat, interdit d’assister aux activités royales! il n’y a pas que Redal qui a fait ca!

Sans vouloir défendre la position indéfendable du maire de Rabat! mais plusieurs entreprises de gestion déléguée ont eu recours à ces pratiques ou fait des pratiques qui peuvent etre comparables en terme de gravité! Souvent pour des cas qui ont maquillé ces arrangements financiers d’une façon ou d’une autre! ca touche a des retraites arrangées, des sortes de « rétro-commissions » dans des appels d’offre importants (on peut fournir meme les noms et qui a touché et comment, y compris des tetes bien blondes!!!), et bien sur sans oublier les conflits d’intérêt et là encore il y’a une pléthore d’exemples choquants! C’est un secteur gangrené de dérapages! 

Mohamed Seddiki, maire péjidiste de la ville de Rabat, est dans l’œil du cyclone. En disgrâce depuis quelque temps, sa situation ne fait qu’empirer.

Selon le quotidien Al Akhbar, citant des sources bien informées, le maire s’est attiré un vif mécontentement de la part de très hautes sphères du pouvoir, à telle enseigne qu’il n’a pas reçu le carton d’invitation pour la prière de ce vendredi 8 avril, accomplie par le roi Mohammed VI, à la moquée Sheikh Saïf de Rabat.

C’est Hassan Amrani (RNI), premier adjoint de Seddiki, qui l’a reçu à sa place. Selon le quotidien, Seddiki s’est éclipsé toute la journée de jeudi, et son cas fait l’objet, pour la première fois, de discussions au sein du conseil municipal.

C’est aussi le première fois, dans l’histoire de la ville, relève le quotidien, qu’un maire ne prend pas part à une activité royale.
Al Akhbar ajoute, en s’appuyant sur ses sources qui connaissent bien le maire et les scandales des indemnisations de la Redal, qu’il « s’agit bien d’une colère royale ».
Par ailleurs, et au sujet de l’affaire des indemnisations de la société de gestion déléguée Redal, perçues par Seddiki, le quotidien rapporte que le procureur général du roi, près la cour d’appel de Rabat, a soumis le dossier de Seddiki à la brigade financière et économique de la préfecture de la capitale.

Et ce, afin d’approfondir l’enquête, relative au rapport établi par une commission d’inspection du ministère des finances et de l’Intérieur, qui a passé au crible le siège de la Redal et tout ce qui concerne les documents fuités à l’origine de l’éclatement du « scandale du maire de Rabat ».

N.B.

Le maire de Rabat, interdit d’assister aux activités royales

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s