Hausse des tarifs : La Lydec dans le viseur de la société civile de la métropole #Maroc #Twittoma

NDLR: Ce n’est que le début! Deuxième vague d’augmentation selon le programme en Janvier 2015! à vos portes-monnaies!

La société civile casablancaise hausse le ton contre la Lydec. Lors d’une récente rencontre tenue dans les locaux de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Casablanca, les deux parties ne se sont pas offertes de cadeaux. Bien au contraire, des deux côtés, les échanges ont été agités.

L’impact de la hausse des tarifs de l’eau et de l’électricité sur le pouvoir d’achat des Casablancais a été au menu de cette rencontre, la première du genre du  »Conseil Régional de la Société Civile », une entité de création récente regroupant différents acteurs associatifs et syndicaux de la capitale économique.

Pour les différents intervenants, la Lydec serait à l’origine de la dégradation du pouvoir d’achat des Bidaouis, à cause des hausses effrénées de ses factures d’eau et d’électricité.

Et on ne s’arrête pas en si bon chemin ! Ledit Conseil menace d’organiser des sit-in et des marches contre les hausses des prix de l’eau et de l’électricité dans les jours à venir. Pour les différents intervenants aussi,  »l’ère des augmentations abusives est bel et bien révolue ».

Plusieurs questions et plusieurs critiques des citoyens présents à cette conférence réquisitoire, qui avait des allures de prétoire, ont été présentées. Le conseil régional de la société civile l’a voulu ainsi puisque cela s’inscrit parfaitement dans la démarche de cette nouvelle entité associative.

Dans leur réponse, les représentants de la direction de la Lydec ont été catégoriques:  »La hausse de la facturation de l’eau et de l’électricité est une question régie par la loi ».

Dans le même sens et dans une lettre d’information, la direction de la Lydec explique  que ce sont les consommateurs figurant dans la troisième et quatrième tranche qui payent à la place de ceux ne dépassent pas la première et la deuxième tranche.

Côté chiffres et à en croire la Lydec, 46% des Bidaouis ont une facture mensuelle d’eau inférieure à 36 DH TTC, 12% ont une facture mensuelle d’eau inférieure à 43 DH, 19 % ont une facture mensuelle d’eau inférieure à 99,5 DH et 15% de clients ont une facture mensuelle d’eau inférieure à 203 DH. 42% des clients Électricité consomment moins de 100 kWh, soit au plus 113 DH/mois, et 58% des clients Eau consomment moins de 8 m3, soit au plus 43 DH/mois.

Lydec, en tant que détaillant, achète à l’ONEP le mètre cube d’eau à 4,34 DH HT et le vend à 2,99 DH HT en 1ère tranche et à 3,15 DH HT en 2ème tranche à tous ses clients particuliers. Ceci dit, la direction de Lydec estime qu’aujourd’hui la facturation d’eau et électricité distribuée mensuellement aux Casablancais serait  élaborée de manière transparente !

Des arguments qui n’ont pas convaincu l’assistance, qui compte organiser une mission d’audit sur cinq sites à Casablanca pour vérifier si les travaux d’assainissement et d’eau potable ont bien été réalisés…

Autrement dit, la mobilisation populaire contre la décision gouvernementale d’augmenter la hausse des prix de l’eau et de l’électricité pour sauver l’ONEE, ne fait, semble-t-il, que commencer… !

H.Z


Ce que recommande la Cour des Comptes !

Dans son dernier rapport rendu public, la Cour des Comptes précise que le recours à la gestion déléguée devrait être précédé par l’établissement d’un schéma directeur d’aménagement à l’échelle du territoire à desservir. Les plans d’affaires des délégataires doivent être adossés à des schémas directeurs de l’eau, de l’électricité et de l’assainissement liquide, afin de maîtriser et de pérenniser les ressources collectées via les fonds de travaux, indispensables au financement de l’extension et de la réhabilitation des réseaux, préconise la Cour des comptes.

En outre, la Cour des comptes plaide, dans son rapport, pour la réhabilitation ou la fermeture de l’ensemble des décharges non contrôlées selon un programme soutenu comportant les 200 sites déjà identifiés dans les différentes communes.

« Il faudrait doter toutes les communes, provinces et préfectures de plans directeurs visant la préservation de l’environnement et réaliser les études d’impact relatives aux décharges contrôlées et aux centres de transfert », relève le rapport qui précise que la gestion des déchets doit être appréhendée en tant que préoccupation citoyenne à responsabilité partagée.

Par ailleurs, la Cour des comptes relève que le plan de déplacements urbains doit permettre, selon une approche intermodale, « l’articulation et l’optimisation de tous les modes de transport », ajoutant que ce plan doit être cohérent avec les autres outils de planification, en particulier les documents d’urbanisme et offrir un système de déplacement économiquement efficace pour la compétitivité territoriale des pôles urbains. 

Dans le transport urbain, l’autorité délégante doit prendre, selon la même source, les mesures nécessaires pour optimiser « la vitesse commerciale des autobus en circulation », notamment en améliorant le maillage routier, en actionnant la police administrative de circulation et de stationnement et en entretenant et aménageant la voirie. 

Concernant le transport dans les grandes agglomérations par autobus et par tramway et vu l’ampleur des déficits enregistrés, la Cour des comptes appelle à instaurer un cadre de concertation entre l’Etat, les collectivités territoriales et les actionnaires des sociétés délégataires concernés pour réexaminer le modèle économique de ces deux modes de transport afin de contenir les pertes, en agissant sur des paramètres déterminants comme l’intermodalité des réseaux de transport, l’intégration tarifaire entre les différents moyens de transport et la taille des dessertes. 

Il est primordial, selon la Cour des comptes, que l’Etat s’implique techniquement et financièrement dans les programmes de renforcement de la mobilité urbaine à travers des projets intégrés associant les différents modes de transport (réseau express régional, métro, tramway, autobus, chemin de fer).

H.Z

http://lnt.ma/hausse-tarifs-lydec-viseur-societe-civile-metropole/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s